HOMMages

Nombreux sont ceux et celles qui, pour avoir connu Odette et Moussa Abadi, ont souhaité témoigner en racontant la façon dont ils ont marqué leur vie.

Bertrand Poirot - Delpech

Les sorties de théâtre se ressemblent toutes. Les habitués des générales se quittent sans un mot sur le spectacle (pour ne pas s'influencer), et disparaissent dans la nuit. Après la lumière artificielle des scènes, le noir de la rue fait office de remontée vers la réalité de la vie.

Odette et Moussa Abadi ne faisaient pas exception aux couples de critiques. Leurs silhouettes penchées l'une vers l'autre s'effaçaient lentement, en route vers le secret de leur domicile de Reuilly et de leurs souvenirs. Cette vision d'amour parfait et de discrétion extrême, il m'a été donné de l'observer presque chaque soir durant treize ans qu'a durée ma chronique dramatique au "Monde" de 1959 à 1972. ...

Lire la suite

 

Robert Pouderou

J'ai rencontré Moussa Abadi à l'époque de la publication de son livre La Comédie du théâtre. C'était au cours d'un déjeuner rue des Écoles. Ce déjeuner a été suivi de beaucoup d'autres. Et pendant des heures et des heures j'ai été sous le charme des récits, des évocations de Moussa, liés presque toujours au Théâtre. J'ai découvert le conteur, un magicien du verbe qui savait porter les mots jusqu'aux nuages. J'ai connu le président de l'aide à la création dramatique attentif aux auteurs vivants ...

Lire la suite

 

Guy Foissy

J'aurais eu cette chance dans ma vie d'être l'ami d'Odette et Moussa Abadi, ce couple d'exception. Je le dis profondément, avec toute ma sincérité, ma vérité, j'aurais eu cette chance immense dans ma vie. Je garde le souvenir de nos échanges, ces moments chaleureux, dans sa simplicité; sa modestie, sa discrétion. Brûle encore le souvenir de ces heures privilégiées où, tous les quatre, nous dégustions cette chance d'être ensemble.

Mon passé Abadi est un passé de théâtre. ...

Lre la suite

 

Jacqueline Denechère

L'amitié est indicible. Ce que j'écris n'apportera pas grand-chose pour bâtir un portrait d'Odette et Moussa. Il y avait entre nous des fils ténus qui m'ont attaché à eux sans que je puisse exprimer pourquoi ils ont été si solides. Sans doute avais-je pressentis que l'admiration que je leur vouais avait ses raisons. Ils m'ont tant donné, je leur dois tant que les mots ne signifient rien pour leur dire : Merci. ...

Lire la suite